Je protège ma famille avec une assurance-décès

2 comments on "Je protège ma famille avec une assurance-décès"

Vous vous posez la question de savoir si vous devez prendre une assurance pour préserver votre entourage en cas de décès ? Voyons les questions à se poser et la démarche à suivre.

Qu’est-ce qu’une assurance-décès ?

Souvent confondu avec l’assurance-vie, l’assurance-décès permet à votre famille (conjoint, enfants) de recevoir un capital lors de votre décès, quelque en soit la cause.

Cette somme est décidée au moment de la signature du contrat d’assurance. Pour obtenir cette garantie de capital pour vos proches, vous versez chaque mois une mensualité calculée en fonction de votre âge. Chaque année, votre contrat est réévalué à la hausse compte tenu de l’augmentation du risque. Plus vous vieillissez, plus votre risque de mortalité augmente.

Faut-il prendre une assurance-décès ?

Il m’aura fallu que 15 jours pour mener à bien la souscription à une assurance-décès. C’est une période assez courte. Toutefois, le temps de réflexion qui mène jusqu’à la prise de décision est souvent plus long. Pourquoi ?

« Si je pense à ma mort, ne vais-je pas la provoquer ? »

Il est très difficile à quiconque d’envisager sa propre mort. Cela est surement lié au caractère émotionnel attaché à la mort. Concevoir sa mort entraîne une sorte de stress provoqué par un côté superstitieux.

« Après moi, le déluge »

Prendre une assurance-décès est une barrière psychologique à franchir du même ordre que de rédiger son testament. Pourtant, ne pas le faire, c’est laisser les autres se débrouiller seuls.

Que faut-il attendre pour prendre la décision ? Faut-il attendre d’avoir frôlé la mort ou de se faire diagnostiquer une maladie grave comme un cancer ?

Il faut certainement un déclic. La plupart du temps, on a cela dans un coin de notre tête qui dit : « Faudrait que je le fasse un jour… ». Seul un déclic peut muter cette idée en action.

Moi, mon déclic a été la réflexion sur l’achat d’un viager. Pour d’autres, c’est un accident de voiture ou un proche rapidement malade qui part très vite.

« Que se passerait-il pour ceux que j’aime si je n’étais plus là demain ? »

La question posée sous le sens de l’amour change la perception de l’assurance-décès. Je ne pense plus à ma mort mais aux êtres que j’aime. Comment pourrais-je les laisser tomber ? Ma réponse est évidente et constitue une preuve d’amour.

« Je le fais parce que je vous aime. »

C’est la réponse que j’aurai du faire à ma femme  lorsque je lui ai parlé de prendre une assurance-décès pour notre famille. Elle m’avait demandé, inquiète : « Pourquoi ? Tu vas mourir ? ». J’avais simplement répondu : « Oui, comme tout le monde… ».

Combien cela coûte ?

Cela doit coûter une fortune la vie d’une personne ?

Le coût de votre assurance-décès dépend de votre âge et du montant du capital versé en cas décès.

Voici un exemple de propositions de garantie d’une mutuelle, pour un homme de 38 ans :

Pour un capital de 40000 Euros, cela revient à 90 euros TTC par an soit 0,25 € par jour.
Pour un capital de 90000 Euros, cela coûte 205 euros TTC par an soit 0,56 € par jour. Pour ce niveau de capital, un questionnaire médical est nécessaire avant que l’assureur donne son aval.

Il faut savoir que pour une assurance capital décès, les versements sont à fonds perdus. On ne constitue pas de capital récupérable après x années. Seul le décès du souscripteur de l’assurance déclenchera le versement du capital à sa famille.

Comment procéder ?

Il suffit de se rendre sur un comparateur d’assurance-décès et d’établir des devis pour choisir les meilleures garanties au meilleur prix.

Selon le capital souscrit, vous devrez répondre à des questions basiques comme celles-ci :

A – Déclaration d’état de santé :

  1. Avez-vous suivi au cours des 5 dernières années, suivez-vous ou devez-vous suivre un traitement médical d’une durée supérieure à 3 semaines ?
  2. Avez-vous été hospitalisé au cours des 5 dernières années ?
  3. Etes-vous en arrêt de travail ou l’avez-vous été pendant plus de 3 semaines au cours des 5 dernières années ?
  4. Bénéficiez-vous d’une pension invalidité ou d’une rente accident du travail ?
  5. Devez-vous subir des examens médicaux, être hospitalisé, consulter un spécialiste dans les 6 prochains mois ?
  6. Bénéficiez-vous de l’exonération du ticket modérateur (prise en charge 100%) au titre d’une Affection Longue Durée ?

Si on répond « Oui » à l’une des 6 questions, il sera nécessaire de remplir un questionnaire médical confidentiel plus poussé.

B – Bénéficiaire en cas de décès de l’assuré ?

Une seule réponse entre :

  • Je souhaite privilégier mon conjoint (au jour du décès, à défaut mes enfants légitimes, naturels ou adoptifs, nés ou à naître, vivants ou représentés, à défaut mes ascendants, à défaut mes héritiers).
  • Je souhaite privilégier mes enfants (légitimes, naturels ou adoptifs, nés ou à naître, vivants ou représentés, à défaut mes ascendants, à défaut mes héritiers).
  • Je souhaite privilégier des autres personnes nommément désignées.

Ce qu’il faut retenir

Le contrat d’assurance décès est une protection financière pour amortir la survenue du décès de l’assuré. Il peut être résilié à tout moment (en respectant le préavis). De plus, le contrat est adaptable afin d’augmenter ou diminuer le capital souhaité au fur et à mesure de ses capacités financières et de ses besoins à venir.

Le choix de l’assurance-décès est une décision responsable qui soulagera votre conscience et vous rendra plus serein en l’avenir.

Et vous, avez-vous souscrit une assurance-décès ?

2 commentaires on "Je protège ma famille avec une assurance-décès"


  1. Merci Fabrice pour cet article intéressant. Je l’ai souscrit pour chacun de mes investissements! Pouvoir sécuriser ma famille est avant tout une priorité.

    Damien

    Répondre

  2. je voudrais des infos sur ce que je pourrais laisser a ma compagne

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *