Témoignage d’achat d’un viager libre

5 comments on "Témoignage d’achat d’un viager libre"

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’accueillir M. Daubry qui nous partage sa découverte fortuite de l’achat d’un viager libre.

Bonjour, présentez-nous le contexte de votre découverte du viager ?

En 1960, j’ai 29 ans, marié et 2 enfants. Je viens de quitter un job « en région » avec logement de fonction et je décide de retourner à Nice sans emploi et je dois trouver à nous loger : il me faut 2 chambres, donc un 3 pièces.

Vous recherchiez une location ?

Mon intention était surtout de ne pas « jeter de l’argent par la fenêtre » en payant un loyer donc l’idée est d’acheter un appartement. Mais, ne disposant que de 3.050 € (20.000 NF), je fais paraître une annonce dans Nice Matin : « Dispose 20.000 Fr (3.050 €) 400 Fr (61 €) par mois – cherche 3 pièces, cuisine, bains – Ecrire Havas Nice ».

Arrivé à Nice, je retire 51 réponses mais après le tri (prix, pièce, quartier), il n’en reste qu’une seule mais tellement évasive que je me demande encore pourquoi nous l’avions gardée.

Nous visitons : quartier Nord semi-bourgeois, immeuble neuf, 6e étage, 3 pièces, salle de bains, w.c., terrasse circulaire (60m2), vue du Cap Ferrat au Cap d’Antibes. Un miracle ! On ne pouvait pas rêver mieux.

Le prix demandé devait être supérieur à votre budget d’achat, non ?

En fait, je rappelle au vendeur que financièrement, nous ne disposons que des chiffres de l’annonce. Il me répond que : “C’est ce que nous demandons : 20.000 fr (3.050 €) comptant et 400 Fr (61 €) par mois de rente viagère sur 3 têtes : H=59 ans – F=61 ans – F=62 ans (1 frère et 2 soeurs).”

C’était un viager libre qu’ils vous proposaient ?

Oui et j’ai souscrit immédiatement et nous avons pris rendez-vous chez un Notaire.

D’ailleurs, plusieurs de mes amis m’ont pris pour un fou : « tu vas payer pendant 30 ans…»

Que leur avez-vous répondu ?

Simplement que je me suis livré de mon côté à quelques calculs :

1°) la valeur de l’appartement : 12.200 € (80.000 Fr)

2°) sa valeur locative mensuelle : 55 / 60 € (360/400 Fr)

3°) outre que, sans emploi, je n’aurais obtenu aucun prêt.

4°) en 1960, le taux des prêts hypothécaires se situaient entre 10 et 12 %.

Si donc j’avais disposé des 12.200 € (valeur de l’appartement), j’aurais choisi la formule viagère car, après avoir versé le Comptant 3.050 €, il me restait 9.150 € qui plaçait à 10 % me rapportaient 915 €, soit 76,25 € par mois pour payer la rente de 61 € tout en restant en possession de mon capital.

Au bout de 30 ans, j’étais assuré de posséder l’appartement en ayant déboursé 3.050 € et payé chaque mois l’équivalent d’un loyer.

Quelle a été l’issue de ce viager ?

A ma connaissance, la rente s’est éteinte sur la dernière tête en 1998, le viager a donc duré 38 ans !

Entre temps, j’avais revendu l’appartement en 1974 : 30.500 € (200.000 Fr) comptant et la reprise par l’acquéreur de la rente sur 2 têtes F=75 – F=76. Pendant 14 ans, je me suis logé pour le prix d’un loyer et mon capital de 3.050 € (20.000 Fr) est devenu 30.500 € (200.000 Fr).

A cette époque, l’appartement était loué et le montant du loyer était quelque peu supérieur à la rente (qui bien entendu avait augmenté). A ce jour on peut penser que l’appartement vaut entre 280.000 et 320.000 € et que le loyer mensuel est de 1.000 €.

Mon acquéreur qui a investi 30.500 € en 1974 a vu son investissement multiplié par 10.

Et cette expérience d’achat de viager vous a incité à faire carrière dans le viager ?

Non, c’est par un vrai concours de circonstances, sans aucun rapport avec cette acquisition signée en juillet 1960, que le mois suivant j’entrai comme collaborateur dans un Cabinet spécialisé « La Maison du Viager » et que naissait ma passion pour le viager.

Quels conseils donneriez-vous pour l’acquisition d’un viager libre ?

En viager libre, il ne faut pas craindre les vendeurs jeunes. Il faut simplement respecter la règle d’une génération entre l’âge de l’acheteur et du vendeur du viager.

Merci M. Daubry pour ce témoignage.

Si vous avez aussi une expérience d’achat en viager à partager sur ce blog alors contactez-moi.

5 commentaires on "Témoignage d’achat d’un viager libre"


  1. Bonjour M. Daubry,

    Merci de nous raconter votre expérience.

    Vous dites qu’il ne faut pas craindre l’age du vendeur, néanmoins le schéma que vous avez vécu sera difficilement reproductible (vous avez acheté un bien d’une valeur de 12k€ et revendu 30k€, en 14 ans). Le prix de l’immobilier étant à un niveau élevé, la valorisation du bien risque d’être faible. Et je ne pense pas que 61€ en 1960 ait le même impact sur un foyer que 1000€ aujourd’hui?

    Damien

    Répondre

  2. Je suis intéressée par un investissement en viager. J’ai donc lu avec intérêt cet article. Merci pour ces précieux conseils et pour cette expérience !

    Répondre

  3. Bonjour,

    Voici une preuve concrète que l’investissement en viager est très rentable.
    Merci pour ce partage.
    A chacun de s’informer quel type d’investissement en viager lui convient le mieux (libre ou occupé)

    Répondre

  4. Une telle rentabilité me semble bien plus compliquée à l’avenir au vu des prix actuels de l’immobilier. En effet le facteur « revalorisation » est pour le moins incertain…

    Répondre

  5. Les expériences sont toujours intéressantes, surtout quand on est intéressé par l’investissement locatif. Je m’intéresse de plus en plus à l’achat d’un logement en viager. Marie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *